Catégories
Album Avant-midi Brèves musicales

La création d’un nouvel album, c’est d’abord de l’enthousiasme

Faire un disque, un nouvel album est enthousiasmant. On invente un arrière-monde magique fait de notes de musique et de mots.

Faire un disque, un nouvel album est enthousiasmant. On invente un arrière-monde magique fait de notes de musique et de mots. Surprendre l’auditeur et nous-même au moment où nous le faisons avec des compositions personnelles, c’est toujours un bonheur. De chansons confidentielles à des chansons plus connues, cela donne envie d’en créer de nouvelles, telle une invitation à ralentir, une promesse de soleil sur la joue et de simplicité entre amis pour que les jours ne fondent plus sur nous tels des flèches.

Autrement dit, réaliser un disque est une nouvelle étape, nouveaux textes et mélodies et dans ce cas, nouvelle équipe musicale, le cœur tendu comme un élastique.

Pour ce nouveau projet musical, l’ingénieur du son du studio d’enregistrement « Mesa » à Soignolles-en-Brie (77) ayant pris sa retraite en 2020, je me suis orienté vers un nouveau studio d’enregistrement qui s’appelle « Ma Ferme » à Sérignan (34). Je m’aventure donc à l’entrée d’une nouvelle lisière, un autre monde, comme ce qu’on ressent quand on regarde la mer.

Le nouvel arrangeur avec qui je travaille depuis « L’arrière-Pays » va également être de la partie pour transformer ces nouvelles suggestions musicales en de jolies pépites sonores.

Ainsi, le projet musical se concrétise petit à petit. Il est fait de contraste intéressant et de matière plus brute que l’ancien album « Avant-Matin ». Je le veux à la fois plus acoustique et aussi plus direct. Un son qui nous touche de suite. La promotion va essayer d’être pensée dès le démarrage avec l’agence Dooweet située à Montpellier. Un RDV est pris fin octobre 2020.

Entre ces deux albums, du temps est passé. J’ai aimé chanter les chansons des autres artistes, bien sûr. C’est riche car on on y apprend énormément, c’est comme si on mettait nos mains dans le moteur de la création. On tente de comprendre la construction même de la chanson, les choix faits et ses finesses. Cela fait progresser.

Pour autant, aujourd’hui, j’ai un réel plaisir à me dégager du temps pour ce nouvel album et la recherche de l’émotion reste la même. Que cela soit la chanson qu’on crée ou celle qu’on reprend d’un artiste qu’on apprécie, elle doit nous parler, entrer en résonnance avec nous-même comme la construction d’un écho entre « son et sens ».

Même s’il est vrai que certaines chansons nous touchent sans qu’on en comprenne totalement la signification, je pense à certains titres de Bashung par exemple, la chanson parle de toute façon de la difficulté à s’exprimer, de rendre lisible ce qu’on a en tête, de papiers froissés. Le langage est un chemin. Il peut faire du bien et peut faire mal ; il touche à notre inconscient. Cet agencement des mots à la musique qui nous plaît apporte cette sensibilité si particulière au moment d’écoute. Cela apporte un côté solennel.  

Associer le son au sens, tel va donc être le défi de ce nouvel album, privilégier la prise de risque au train-train, l’éclair à l’obscur, le reflet à la nuit pour que tout soit au final à la bonne place avec ces 12 nouveaux titres.

Construire un album avec des chansons tournées vers l’avenir et d’autres vers le passé est une façon de ne pas oublier les gens pour qui on chante, de leur parler de leur instant de vie de manière détournée, de pouvoir aborder de nouveau certains sujets restés souvent douloureux. En effet, la chanson permet de mettre à distance des sujets graves. Le poids des fantômes n’est jamais très loin quand on écrit une chanson. Mais la chanson offre en même temps un coin tranquille, un refuge libre au vent, qui nous permet de penser les situations et d’y répondre positivement.

Ce nouvel album, ne cédant à aucune mode, sera à la fois un carnet intime, au vocabulaire intérieur, tout en donnant bien la parole à ceux qui ne la prennent pas souvent sur un certain nombre de sujets tabous. La prose apaisant nos ecchymoses, nous approchant parfois du secret des roses.

Progressivement, le passage d’une écriture très marquée par le « je » s’orientera avec ce nouvel opus vers le contage d’autres destins que le mien telles des cartes postales qu’on reçoit en toile de fond des vacances.

Finalement la tenue de ce blog est aussi une manière décrire des choses, il permet une certaine forme de détachement, on est dans une forme de parlé-écrit qui n’est pas loin des intermèdes en direction du public entre deux chansons sur scène.

Le texte en première ligne, telle une boussole pour la route entre étoiles et désastres (des astres). L’objectif de cet album sera donc de lui donner un ton, de lui trouver le bon environnement pour qu’il puisse s’épanouir et être considéré comme un objet majuscule.

C’est un trajet. La musique est un véhicule qui permet de faire voyager les esprits tout en restant sur place. Pas besoin d’interprète. On peut faire bouger les lignes, la musique est là pour cela. Il y a un lien entre le chant et le chemin.

Chaque chanson de l’album sera donc un itinéraire à suivre, un tracé avec, je l’espère, énormément de sentiment. Quelqu’un de bouleversé à l’écoute d’une chanson, c’est qu’il a cette beauté en lui.

La vie est belle, c’est un choix

Loïc LANTOINE

Studio d’enregistrement musical « Ma ferme » à Sérignan > lien web

Crédit photo : Umberto COFINI